dimanche 2 avril 2017

Janine Toscane a disparu


Fin novembre 1953, Interpol lance un avis de recherche international pour retrouver la chanteuse lilloise Janine Toscane. D'après sa mère, elle aurait disparu au Venezuela. Elle logeait au Normandy Hotel de Caracas qu'elle a quitté sans laisser d'adresse. L'avis est repris en Tasmanie et à Singapour :

Hobart News                      The Straits Times



Qui est Janine Toscane ?


La revue Nord-France, 1er novembre 1952 :
"[…] La Lilloise Janine Toscane qui vient de remporter de flatteurs succès est en effet considérée, dans le Moyen-Orient, comme une des plus grandes vedettes de la chansons française. Paris commence à lui faire ses engageants sourires mais elle est déjà très connue en Egypte, au Portugal et en Italie : une preuve de plus que nul n'est prophète en son pays !
Comment du piano est-elle passée au chant ? C'est toute une histoire… que voici : Née à Lille*, Janine Toscane part habiter Marcq-en-Barœul dès son plus jeune âge. A 5 ans, son père lui apprend le solfège qu'elle connaît… avant de savoir lire et écrire. A 6 ans, elle suit les Cours Massenet à La Madeleine et, à 9 ans, les classes préparatoires du Conservatoire de Lille. A 10 ans, contrairement à tous les principes de la vieille maison, elle participe à une audition publique avec les élèves de la classe supérieure et joue le Rondeau de Chopin. Après avoir obtenu un premier prix de solfège à 11 ans et une première récompense** au piano à 14 ans, elle quitte le Conservatoire et l'évacuation de 1940 la mène à Paris. Là, elle retrouve son professeur lillois, M. Maurice Amour auprès de qui elle continue à travailler son piano. Elle fait alors la connaissance du compositeur aveugle René de Buxeuil et devient sa secrétaire.


extrait de Nord France
collection personnelle


Mais peu à peu, elle abandonne ses études de piano et prend des leçons de chant. Pour deux raisons : en premier lieu évidemment parce qu'elle a une jolie voix ; ensuite parce qu'elle a un caractère… indépendant et un peu aventureux. Les voyages, les changements lui plaisent et, en s'orientant vers le genre "Variétés", elle peut ainsi satisfaire son goût pour les pérégrinations.
Au début de sa jeune carrière, elle a naturellement l'idée de s'accompagner elle-même dans son tour de chant. Elle y renonce néanmoins rapidement car elle ne se sent pas assez en contact avec le public. "D'autre part, explique-t-elle, j'ai besoin de… mes mains pour chanter".

De la Suisse au Pérou
Après les traditionnelles tournées en province, elle se rend en Suisse, puis en Egypte où, arrivée inconnue, elle repart célèbre. Aux plus célèbres cabarets du Caire et d'Alexandrie succèdent ceux de Lisbonne, Madrid, Barcelone, Palma de Majorque, Milan et enfin, récemment, Paris. Elle s'apprête à s'envoler prochainement pour le Mexique et le Pérou. A moins que Paris, où on commence à l'apprécier de plus en plus, ne la garde.



Actuellement dans toutes les stations de métro, son nom est inscrit en grand pour annoncer sa présence dans un gala qui se déroulera le 8 novembre avec l'orchestre d'Eddie Warner.



collection personnelle



De sa  voix prenante, Janine Toscane interprète un répertoire varié qui va des chansons tendres "Si tu viens danser dans mon village", "Un gamin de Paris" (qu'elle a créées) aux chansons teintées de réalisme "Gigi", "Hymne à l'amour", et qui se termine par le cri déchirant de "Jézabel".
Ses projets ? Elle compte abandonner assez souvent le cabaret pour se consacrer aux galas scèniques, aux enregistrements de disques et à la radio […]. Robert Diligent"


extrait de Nord France
collection personnelle



Epilogue
Ses parents ont certainement été rapidement rassurés, leur fille a été retrouvée. Elle épouse un industriel italien, Mario Isastia-Henriquez au Mexique en novembre 1954 et abandonne sa courte carrière de chanteuse.
Jeannine obtient le divorce en 1972, elle est alors domiciliée à Laval au Québec, je ne sais pas, encore, ce qu'elle est devenue. Mario décède à Palm Beach en 1996.


 
 Jeannine et Mario

Janine Toscane
collection personnelle



Notes

* le 11 août 1925, Jeannine Madeleine est la fille de Jean, ajusteur, et Agnès Comyn, rattacheuse, domiciliés boulevard Montebello.

** un premier accessit. En août 1940 elle participe au concours public de la classe supérieure de piano, mais n'obtient pas de prix. Une mention manuscrite sur le programme que je possède nous précise que si elle joue bien la Ballade de Debussy, elle patauge dans la Toccata de Saint-Saëns.